Chirurgie mini-invasive de l’hallux valgus

Le docteur Lopez utilise la chirurgie mini-invasive de l’hallux valgus afin de limiter les éventuelles complications et douleurs post-opératoires.

La plupart du temps, on parle de chirurgie percutanée ou de chirurgie mini-invasive du pied à hallux valgus. Par abus de langage, on peut aussi parler de chirurgie au laser. La technique chirurgicale mini-invasive permet au chirurgien d’atteindre sa cible par le biais de mini incisions de l’ordre du centimètre. Cette intervention s’effectue à l’aide d’instruments longs et fins couplés à un système d’imagerie per-opératoire.

Opération de l’hallux valgus mini-invasive : fonctionnement et étapes

L’opération de l’hallux valgus mini-invasive est le plus souvent réalisée sous anesthésie locale. Certains patients peuvent bénéficier d’une anesthésie générale en cas d’opération des 2 pieds par exemple. L’intervention est habituellement réalisée en chirurgie ambulatoire : vous arrivez et repartez de la clinique le même jour. L’opération dure 30 minutes.

Du fait de ses nombreux avantages, la chirurgie mini-invasive peut être utilisée pour de nombreuses interventions connues et dans toutes les disciplines telles que la gynécologie, l’urologie, la chirurgie digestive, la cardiologie, la chirurgie orthopédique…

Pour toutes les chirurgies de l’hallux valgus mini-invasives, le chirurgien effectue des incisions de quelques millimètres, juste assez grandes pour travailler et effectuer les corrections osseuses nécessaires.

Il est important de différencier chirurgie mini-invasive et chirurgie percutanée. Toutes les étapes de la chirurgie ne peuvent pas être réalisées en percutanée. C’est pour cela que l’on parle de chirurgie mini-invasive, qui, associée au percutané introduit le concept de chirurgie mixte. Lors de la chirurgie mini-invasive, les gestes sont les mêmes que la chirurgie classique, à l’exception que les incisions sont plus petites.

Les étapes de la micro chirurgie de l’hallux valgus

1) Le chirurgien commence par réaliser une première incision sur la face interne du pied, au niveau du gros orteil (hallux).

2) Le premier geste réalisé consiste à raboter la bosse osseuse à l’aide d’une scie miniaturisée. L’objectif ici est de faire complètement disparaître l’oignon.

3) Le chirurgien procède ensuite à une ostéotomie. L’os métatarsien est ainsi coupé et les deux fragments osseux sont déplacés afin de corriger la déviation et de permettre un alignement.

chirurgie mini-invasive du pied hallux valgus

4) La dernière étape de l’opération consiste à maintenir le pied en bonne position à l’aide d’un pansement spécial. En général, des vis sont mises en place afin de maintenir les fractures dans la bonne position.

opération hallux valgus mini-invasive

Important : A propos des vis : Les patients demandent souvent s’il est nécessaire de garder les vis ? Si les vis sont gênantes ? Si c’est indispensable de poser les vis ?

En pratique, l’opération de l’hallux valgus sans vis est possible. Les fractures ne sont alors maintenues que par le pansement. Il y aura alors un mouvement possible au niveau des fractures, et, une fracture qui bouge est une fracture qui fait mal. C’est pourquoi le Dr Lopez utilise des vis dans toutes ses opérations d’hallux valgus. D’une part, cela stabilise les fractures et diminue les douleurs. D’autre part, les vis diminuent le risque de déplacements des fractures. Les vis sont complètement enfouies à l’intérieur de l’os. On ne les sent pas et elles ne gênent pas. Ces vis peuvent être retirées après 6 mois.

Les avantages de la chirurgie micro-invasive de l’hallux valgus

La découverte et l’utilisation de la chirurgie micro-invasive de l’hallux valgus a permis de révolutionner la prise en charge des hallux valgus. Cette chirurgie présente de nombreux avantages, à la fois pour le chirurgien et pour le patient.

Réduire considérablement la durée de l’intervention et le temps d’hospitalisation

La taille réduite des incisions et les différentes étapes de la chirurgie permettent de réduire considérablement la durée de l’intervention. Au lieu de rester plusieurs jours à l’hôpital, la chirurgie de l’hallux valgus mini-invasive est réalisée en chirurgie ambulatoire qui vous donne la possibilité de quitter la clinique dans la journée. L’opération de l’hallux valgus par chirurgie mini-invasive ne dure que de 15 à 30 minutes.

Limiter la taille des cicatrices et les douleurs

La chirurgie traditionnelle oblige le chirurgien à réaliser des incisions assez longues afin d’accéder aux os et aux tissus. Ces larges incisions peuvent mener à certaines complications telles que : des saignements opératoires importants, des douleurs diffuses et importantes, des cicatrices disgracieuses, une augmentation du risque infectieux…

Grâce aux petites incisions de la chirurgie non invasive de l’hallux valgus, les tissus sont moins agressés par l’acte chirurgical, ce qui permet de réduire les douleurs post-opératoires, une récupération plus rapide, une immobilisation réduite, des risques infectieux moindres et une diminution de la taille des cicatrices.

Quand faut-il procéder à l’opération de l’hallux par valgus par chirurgie non invasive ?

En présence d’un hallux valgus, la chirurgie non invasive peut être proposée dans pratiquement tous les cas. Il n’est jamais trop tard pour prendre en charge un hallux valgus. En revanche, une prise en charge prématurée et rapide facilite considérablement le travail du chirurgien.

Si vous doutez et que vous ne savez pas quand consulter, la douleur est un excellent indicateur. Dès l’apparition d’une douleur ou d’une gêne au niveau de l’avant-pied, il est important de consulter rapidement. En effet, un hallux valgus évoluera toujours de manière spontanée vers l’auto-aggravation. Plus l’hallux valgus est pris en charge de manière prématurée, plus il sera facile à opérer. Inversement, un hallux valgus évolué peut engendrer l’apparition d’autres pathologies et déformations telles que des orteils en griffe ou des rayons latéraux.

La prise en charge prématurée de l’hallux valgus rend plus facile l’opération de l’hallux valgus par chirurgie non invasive. Plus la déformation est importante, plus il sera difficile d’avoir recours à cette technique chirurgicale. D’autres techniques plus douloureuses et plus invasives peuvent être envisagées telles que la chirurgie traditionnelle par exemple.

L’après opération

En ce qui concerne la rémission, la douleur est de mieux en mieux gérée grâce à l’évolution de nombreuses techniques. L’anesthésie loco-régionale, par exemple, permet dans la plupart des cas de bénéficier d’une convalescence quasiment sans douleur. Ce procédé assure une anesthésie du pied pendant les 12h suivant l’opération, c’est-à-dire pendant la phase post-opératoire la plus douloureuse.